Qui sommes nous ?
La FFMKR

Imprimer

Mise à jour le 16/12/15

DÉFENDRE ET PROMOUVOIR

Depuis sa création en 1963 et durant plus de cinquante ans, la FFMKR a toujours été le syndicat majoritaire de la profession. Après les premières élections aux URPS en 2010 où elle avait remporté près de 56% des voix et obtenu la présidence de 22 régions sur 26, elle pouvait s'opposer seule à la convention nationale.

Suite au renouvellement des sièges aux URPS en 2015, la FFMKR a obtenu 43.24% des voix et le plus de sièges dans les instances régionales.

La FFMKR est le premier syndicat en termes d'adhésion et représente la kinésithérapie auprès des pouvoirs publics en France mais aussi auprès des instances internationales.

Pour vous, nous nous engageons à :

  • Négocier l'avenir de votre profession
  • Vous conseiller et défendre vos intérêts
  • Proposer et accompagner les évolutions


Concrètement, notre action quotidienne consiste à :

Harmoniser les points de vue de nos syndicats adhérents sur tous les problèmes intéressant la profession en vue de les résoudre en une action commune.

Établir entre tous les professionnels une solidarité effective pour la défense de leurs intérêts corporatifs, économiques, sociaux et moraux.

Représenter les intérêts de la profession devant les corps constitués et les pouvoirs publics.

Documenter nos adhérents sur toutes les questions techniques, économiques et législatives qui les concernent, grâce à des publications, à l'organisation de congrès, de conférences, de séances de recyclage, etc.

Veiller à l'élévation du niveau et de la qualité des études, favoriser la formation professionnelle et prendre toutes les initiatives pour l'assurer dans les meilleures conditions, notamment par l'intermédiaire d'un institut national de la kinésithérapie.

Créer ou participer à la création d'une structure chargée de promouvoir la recherche et l'évaluation en kinésithérapie.

Faciliter la création de syndicats de kinésithérapeutes dans les départements où il n'en existerait pas, et le fonctionnement d'unions régionales entre ces syndicats.

Fournir aux tribunaux et aux particuliers des arbitres et des experts pour l'examen des contestations relatives à la profession de masseur kinésithérapeute rééducateur.

Lutter contre l'exercice illégal de la profession et contre tout ce qui peut lui porter un quelconque préjudice. Protéger le titre de masseur kinésithérapeute et les qualificatifs légaux qui pourront lui être adjoints. Poursuivre ou réprimer les faits pouvant porter atteinte à l'honneur ou aux intérêts moraux collectifs de la profession ou de ses membres.  Entreprendre toutes les actions dans ce but, notamment en saisissant les juridictions compétentes ou en se constituant partie civile à cet effet.

Créer ou participer à la création de toutes sociétés, associations ou groupements, et plus généralement de tous organismes dotés ou non d’une personnalité morale, y prendre des parts ou des actions et la qualité d'adhérent.

J'adhère