retour
Rapport de la DREES sur la projection démographique des masseurs-kinésithérapeutes

Extrait du KA n° 1527 du 13 septembre 2018

“La démographie est un motif de préoccupation pour notre profession depuis un moment déjà. Le problème, c’est le trop grand nombre de confrères diplômés à l’étranger qui viennent s’installer en France chaque année. Quand on en parle avec des représentants de la Cnamts, ils répondent que ce n’est pas à eux de régler le problème.
En même temps, je constate que bon nombre d’entre nous, dans nos cabinets, ne manquons pas de travail. Certains ont même des listes d’attente. Tous ont du mal à trouver un remplaçant pour les vacances ou un repreneur au moment de partir en retraite.
Sommes-nous mal répartis sur le territoire français ? Sans doute.
Aujourd’hui, les remboursements de soins de kinésithérapie représentent des dépenses importantes pour l’assurance maladie. Lorsque nous avons été reçus au ministère suite à la manifestation du 5 juillet, Thomas Vanecq, sous-directeur du financement du système de soins à la DSS, nous a clairement fait comprendre que l’augmentation ne serait pas soutenable éternellement. Alors que fait-on ?
L’assurance maladie va-t-elle cesser de rembourser certains de nos actes ? ou en donner une partie à des professions non remboursées, comme elle a commencé à le faire en ouvrant notre champ de compétences aux chiropracteurs ? Cela ne règlera pas le problème. Va-t-elle créer une carte sanitaire limitant le nombre de conventionnement de kinésithérapeutes chaque année ?
Je suis volontairement provoquant, parce que ce scénario ne semble plus complètement improbable… Dans tous les cas, on n’avancera pas tant qu’on n’aura pas de chiffres précis sur les besoins en soins de la population. Quels sont les critères ?
Quelle est l’ampleur des besoins aujourd’hui ? et dans 10 ans, dans 15 ans ?
Personne ne le sait. Thomas Vanecq s’est montré disposé à y travailler avec nous, aussi la FFMKR va-t-elle solliciter un rendez-vous au plus vite.” Daniel PAGUESSORHAYE