Lettre ouverte aux candidats à la présidentielle

 

 

 

Lettre ouverte aux candidat(e)s à l’élection Présidentielle


Mesdames, Messieurs les candidat(e)s à l’élection Présidentielle,

Notre système de santé est à bout de souffle… Osons innover !

Oui, il est possible de mieux soigner à moindre coût.
Oui, il est possible d’accroître les chances de rétablissement du patient.
Oui, il est possible d’améliorer le parcours de soin.

Non seulement les solutions existent, mais en plus elles permettent d’économiser des millions sans renoncer à la qualité…

En effet, c’est en misant sur l’excellence que la Fédération Française des Masseurs-Kinésithérapeutes Rééducateurs (FFMKR) propose un plan d’action(1) au bénéfice du patient, du médecin, de l’hôpital, du masseur-kinésithérapeute, de l’Assurance maladie et du contribuable !

Alors que les déserts médicaux s’étendent, est-il judicieux d’attendre la prescription du médecin pour autoriser le masseur-kinésithérapeute à soigner le patient dont la pathologie relève de son champ de compétences, et dont l’état s’est dégradé entre temps, au risque de générer des surcoûts en analyses, médicaments, soins de rééducation et arrêts de travail, voire une perte de chance de rétablissement ?

Aujourd’hui, le masseur-kinésithérapeute réalise un « diagnostic différentiel », définit le nombre de séances nécessaires au rétablissement du patient et détermine le protocole de soins. Pourquoi ne pas lui attribuer le statut de profession médicale à compétences définies ?

Reconnaître l’accès direct au masseur-kinésithérapeute(2), c’est soulager instantanément les urgences hospitalières et les médecins libéraux, submergés, entre autres, par la petite traumatologie ostéo-articulaire et la bronchiolite du nourrisson. C’est aussi réaliser de substantielles économies : jusqu’à 50 millions par an pour la seule entorse de cheville même avec une première séance de masso-kinésithérapie réévaluée à 25,80€(3) !

Mesdames, Messieurs les candidat(e)s à l’élection Présidentielle, renoncez aux archaïsmes qui paralysent le système français, libérez le potentiel des professionnels de santé, et hissez la France à la hauteur des pays experts en physiothérapie pour développer la prévention, améliorer la prise en charge des patients et limiter les soins curatifs !


Daniel Paguessorhaye
Président


(1) Cf.https://www.ffmkr.org/propositions2017

(2) L'accès direct est reconnu dans la moitié des Etats européens et 47 pays dans le monde. Il permet au médecin de se recentrer sur des actes à haute valeur ajoutée.

(3) Cotation associée à un bilan kinésithérapique de coefficient 12.