retour
Brèves des Négos
22 décembre 2016

 

Première réunion du vendredi 16 décembre 2016 :

L'UNCAM a réaffirmé ses 4 axes d'orientation et ne semble pas disposée à accepter une réévaluation de notre lettre-clé...

La FFMKR a réagi à ces propos et a réaffirmé la nécessité d’une revalorisation tarifaire globale. Le ciblage sur des actes ne représentant que 10% de notre activité (BPCO et AVC) est inacceptable !! 

En outre la FFMKR a rappelé qu’une régulation démographique ne pourrait être efficace qu’avec une solution prenant en compte le détournement du numerus clausus avec l’arrivée des diplômés de l’étranger ; mais l’UNCAM a indiqué que ce ne serait pas ici que pouvait se régler cette question.
 
Toutefois, la FFMKR ne lâchera pas sur la nécessaire prise en compte de l’offre de soins de rééducation effectués par les SSR publics ou privés et par l’ambulatoire dans certaines cliniques.
 
Ces négociations s’engagent donc mal mais la FFMKR mettra tout en œuvre pour faire aboutir nos revendications.

Deuxième séance du mercredi 11 janvier :

Lors de cette deuxième séance, le sujet de la démographie a été discuté. Il a été clairement unanime pour les syndicats représentatifs que les mesures incitatives devaient être repensées et réévaluées pour permettre une adhésion proche de 100% pour les MK éligibles à ce dispositif.

Concernant une éventuelle régulation de l'installation, le débat a été ouvert et n'est pas tranché, les organisations représentatives attendant la réunion (début février) avec la DREES concernant le zonage pour déterminer la pertinence de l'application du critère APL (accessibilité potentielle localisée) par rapport à celle de la densité pondérée et ses éventuelles modalités d'application.

La troisième séance du mardi 17 janvier :

L'ordre du jour portait sur les travaux de redescription et réécriture de la nomenclature des actes professionnels (NGAP) ainsi que sur la valorisation de certains actes de masso-kinésithérapie.

Concernant le premier point, les différents acteurs sont d’accords pour dire que la NGAP doit être revue mais pour la FFMKR elle doit être revue en se basant sur le patient et les pathologies et non sur la codification des techniques comme le souhaiterait la Sécurité sociale.
Une réunion de travail sur ce thème est prévue le 28 février.
 
Concernant le second point, le BDK a été reconnu comme un élément qui valorise l’expertise de notre profession mais qui n’est pas assez utilisé. Des propositions visant à supprimer sa facturation en fonction du nombre de séances ont été évoquées.
La valorisation des actes à haute valeur ajoutée (cas des polypathologies ou des troubles de l’équilibre), de la démarche-qualité et d’une rémunération sur objectifs de santé publique a aussi été mise en avant.
 
La prochaine réunion de négociations sera le 28 février et portera sur l’accès aux soins.